Les vitraux du chœur de l’église de la Briquette

Démontés avant les grandes vacances, les deux vitraux du chœur de l’église de la Briquette viennent de retrouver leur place.

Ils sont revenus !

Ils datent de 1910, installés quelques mois après l’inauguration de l’église, ils furent offerts par la famille de Mr Henri DUPONT, banquier valenciennois résident à la Briquette, fondateur avec la famille Alglave de l’église. Le vitrail de droite représente le Sacré Cœur de Jésus, le second à gauche, le Sacré Cœur de Marie. Ce dernier représentait primitivement Notre Dame des 7 douleurs que vénérait particulièrement Robert Dupont, le fils de Mr Dupont. Pendant la guerre 14/18, un obus sans doute destiné au champ d’aviation voisin, explosa derrière l’église en brisant le médaillon de la Vierge. En 1919, un artiste verrier le remplaça par le Cœur Sacré de Marie, soit par erreur ou soit par soucis de cohérence avec le vitrail de droite.

La rénovation qui vient d’être faite, par l’atelier de Judith DEBRUYN, était plus que nécessaire car plusieurs verres étaient cassés et les ossatures métalliques des vitraux rongées par la rouille.

Pour cette rénovation le conseil immobilier de la paroisse avait étudié plusieurs solutions :

  1. Rénover à l’identique
  2. Apporter quelques touches de couleur car la grande surface, sous les médaillons, était triste sans décor.
  3. Faire une création contemporaine en gardant les médaillons.

C’est finalement la seconde solution qui fut retenue avec des touches discrètes de couleur bleu (couleur de la Vierge Marie) qui permettent de faire ressortir les médaillons et d’égayer les vitraux. Cela assure aussi une cohérence avec les vitraux des allées latérales.

Judith DeBruyn a été obligée de refaire à neuf des morceaux de la frise rouge périphérique, on ne remarque aucune différence avec les verres anciens de 1910, BRAVO !

Les paroissiens, pendant la messe du 30 octobre, les ont déjà vus. De l'avis de tous, c'est une réussite d'esthétique et de luminosité retrouvée.

 

A ce jour 50% des vitraux (8) ont été renouvelés pour environ 50 000 euros. Il reste les vitraux de l’allée latérale sud. Moins abimés, ils attendront un peu car 2023 verra, comme investissement majeur,  le remplacement du toit de l’église.

Article publié par Philippe De Bruyn • Publié le Vendredi 04 novembre 2022 • 198 visites

keyboard_arrow_up