François et Séraphim

François et séraphin 

 

Ces saints ont rassemblé beaucoup d’hommes autour d’eux et aujourd’hui encore…

Samedi 20 mars, grand soir de représentation.  Mais que de répétitions pour se connaitre, que de pages tournées  pour apprendre son texte. Beaucoup de temps personnel avant d’ouvrir  son cœur à la parole. Un travail collectif pour que les répliques deviennent grâce, annonce de la bonne nouvelle.

Une énergie dépensée toujours dans la bonne humeur et l’écoute de l’autre. Peu à peu, mot après mot nous avons créé un espace où Dieu est venu à notre rencontre. La grande messe pouvait commencer. Pas facile de montrer sur les planches pour donner tout ce que l’on a reçu durant nos partages. Un temps de prière, nous a aidés à le faire : un arrêt sur image pour appeler la force de l’esprit en renfort : à cet instant nous étions tous en communion pour faire au mieux avec humilité. A en entendre les applaudissements, les spectateurs ont communié à ce bonheur que nous avons eu de jouer cette pièce. Les chants nous ont aidés à oublier le temps d’une représentation les soucis de la vie et surtout cette petite voix qui nous faisait aller si loin.

Après les remerciements à tous ceux qui ont aidés au bon déroulement de la soirée : son, lumière, décors…

Toute l’assemblée était à l’écoute du père évêque qui nous entraînait loin dans l’église des premiers siècles. J’ai retenu aussi que bon-chrétien est le nom d’une poire … appréciée et cette dernière phrase : n’est pas bon chrétien qui le croit mais est bon chrétien qui croit.

 

Comme toute bonne chose a une fin, nous sommes retrouvés autour du verre de l’amitié.

« Chevaliers de François et Séraphin goutons voir comme l’esprit est bon »

 

Jean-Michel SZAFRAN

 

 

 

Article publié par Père François Triquet • Publié le Dimanche 04 avril 2010 • 2607 visites

keyboard_arrow_up